Atom Festival, les contes de la forêt & autres rêveries technoïdes

_MG_1813

1,2,3... Astro !

C'est la petite formule magique qu'un soir de grand remue ménage collectif les membres de l'Astrolab ont dû se murmurer à l'oreille avant de se lancer dans le grand rite initiatique du montage de festival. Pour la plus si jeune association parigo-toulousaine formée autour de l'amour de la teuf et de l'éclectisme technophilique, l'Atom Festival - premier événement au calibre professionnel grand public et étandard de l'identité composite et réactualisée du laboratoire astral - devait être un espace à la fois convivial et exigeant au travers de l'ensemble des dimensions qui forment l'écologie de la fête selon eux :

Performance live et créations d'ambiances, Site et Scénographie, Pluralité des arts vivants et de l'espace (théâtre, interventions, parcours, installation, décoration), Confort et Eco-Responsabilité.

Un programme chargé donc, mais une équipe gonflée à bloc, se répétant cette petite ritournelle magique à voix-basse à chaque nouveau défi -nombreux on s'en doute-, face aux incontournables couacs et imprévus qu'une telle entreprise comprend nécessairement... 1,2,3, Astro !

22639182_153101088636674_512877601186906112_n

De cette petite musique mentale, comme la sérénade du vent soufflant dans les Cheveux de Bérénice - la Main Stage parmi les 4 espaces dédiés à l'exposition ou à la performance artistique, scénographiée et régie par Ascidiacea & Consorts-, est finalement né la rencontre tant attendue d'un panel de plus de 60 artistes musicaux et plasticiens et de près de 700 festivaliers éberlués par les dimensions du site festivalier et l'ensemble des installations et décorations prévues par le crew de l'Atrsolab.

Pour un premier coup de dé, jeté sur la table de divination cosmique de l'avenir associatif et festif des amoureux de la musique et des arts locaux, l'Atom Festival ressemble à un Double 6 inaugural.... largement mérité à force de rêverie réaliste et de suées collectives assumées avec patience et persévérance.

Bravo donc à nos ami.e.s de l'Astrolab qui nous ont lancé dans l'été de la meilleure manière, en musique et en lumière, et avec lesquels la collaboration scénographique fût à nos yeux un exemple de compréhension et de confiance. Vive l'Astro, Bingo l'Atom, Yahtzee dans l'Aude et à l'année prochaine pour de nouvelles utopies estivales dans les fôrets du sud-ouest !