Collectif Ascidiacea

Paris http://ascidiacea.org/ 26 posts

"The Skin Theory" à l'Espace Multimedia Gantner

Comme un remous à la surface de l’eau… dont l’écho empli la pièce. La présence du spectateur dans l’espace se fait la déformation d’un plan sensible en partage au sein du public. L’ombre de leur passage se traduit instantanément en une double irruption : graphique et fantomatique, sonore et plasmique.

L’espace multimédia Gantner revêtira pour l’occasion une nouvelle peau intérieure, un espace entièrement réinvesti pour accueillir l’installation audiovisuelle interactive "The Skin Theory" du collectif Ascidiacea. La fusion du son et de l’image projetée à 180° permet d’expérimenter une nouvelle façon de

»

Vent House!, Festival "La Grande Echelle" à la Maison des Métallos (Paris 11ème)

Le laboratoire des tempêtes ouvre pour la première fois ses portes au public. Pénétrez à l’intérieur de la Vent House! et découvrez-y les résultats de nos expérimentations sur les vents et le climat. Méfiez-vous cependant, l’étude que vous vous préparez à intégrer n’est pas sans encore aboutie, et les éléments dont on manipule ici les forces peuvent parfois échapper à notre contrôle. Veillez donc à scruter l’apparition de ces événements naturels indomptables, chaque petit signe de votre environnement peut être un indice de leur arrivée. Pour tout jeune scientifique, cette fouille des éléments s’avère être

»

Les Sylvains, Coucool !

Il est des passages qui laissent une empreinte indélébile sur les voyageurs qui s'aventurent à en franchir le seuil. Coucool est de ces passages, ceux dont la traversée, d'abord, se construit sur l'attente, se nourrit d'impatience, aiguise le sens des préparatifs jusqu'à ce qu'enfin la main conductrice nous amène à l'endroit du rituel éphémère.

L'éphémère, ici, c'est la loi qui régit la mesure du temps et de l'espace. Un jour, éphémère, dont on nomme l'éclosion Eros, son éphéméride cyclique. Coucool est un territoire qui se construit pour un jour, duquel émane une puissance terrestre dont on ne cherche pas tant

»

Le murmure des lucioles, Le Dôme Festival 2017

Après deux ans de travaux et d’expérimentation, le collectif vient célébrer sa 20ème installation en puisant dans toutes ses ressources techniques développées en amont afin de créer une installation unique.

alt

Pour cette 3ème édition du Dôme Festival, le collectif Ascidiacea présente « Le murmure des lucioles », une œuvre originale, venant s’insérer spécifiquement dans la configuration et l’ambiance du festival. Elle souhaite en premier lieu interroger l'interactivité immanente d'une rencontre avec la topologie d’un espace extérieur mis en scène par le sonore. Cette installation, fruit du travail en résidence d'une semaine qui précéda l'ouverture du festival (du 26

»

Devenirs Peaux, genèse sensible des corps à l'aune de leurs mutations digitales et industrielles Part I

Ce projet inaugure les premières propositions de réponses à une recherche plus générale sur la genèse sensible de nos corps à l'époque, contemporaine, de leur incarnation dans un monde de plus en plus innervé par le déploiement concomitant d'une digitalisation de nos univers sensitifs et expressifs et par la mise au pas industrielle des modes de production substantiels et événementiels des contenus culturels et des biens symboliques. La peau, pensée comme un organe-totem nous servira à penser la profondeur de ces transformations d'ordre essentiellement esthésiques (relevant du monde des sens, des sensations qui, si l'on s'en retourne au fondement de

»