Les Sentiers de l'I-Voir, une exposition collective en arts visuels et digitaux au Supervue Festival 2018 à Liège.

Coproduite par la Supérette et le Collectif Ascidiacea à l'occasion de l'édition 2018 du Supervue Festival, l'exposition les Sentiers de l'I-Voir propose au public d'aller tant à la rencontre d'oeuvres originales que de leurs créatrices et créateurs, nombreux/se à s'être rendu présent.es pour l'occasion.

affiche_342682.thumb53700.1525440848

Réunion d’artistes belges et internationaux, le parcours artistique de l’I-Voir s’est donné comme ambition d’exposer une génération de jeunes créatrices et créateurs faisant des media numériques et audiovisuels leur terrain d’exploration poétique. De la vidéo à l’image de synthèse, du film à l’algorithme, chacun.e des participant.e.s s’est saisi de ces outils de composition et impulse au travers de sa création un signal singulier au milieu du paysage brouillé des mass-media et des politiques industrielles qui gadgétisent ou fantasment notre rapport collectif aux technologies digitales.

Décidés à défaire l’image digitale de son piédestal écranique et de la sortir de l’économie publicitaire qui règne sur notre rapport aux « vues » et au visible, l’I-Voir veut être un écrin pour les expérimentations locales et actuelles des pratiques conscientes de l’image. Elle se présente alors comme le tableau noir d’une époque, la nôtre, se réinventant à un rythme sans précédent. L’image, mutante, est devenue physique et cinétique, sensitive et latente, fragmentée, brute et poétiquement contestataire. Toutes ces forces créatives et expressives enfouies dans les potentiels du « voir » nous ont conduits, résolument, à nous pencher plus près de cet instrument en pleine transformation – l’image – et de ce langage – le visible - autour duquel nos sociétés se construisent et se structurent.

Les Sentiers de l’I-Voir indiquent, enfin, le besoin d’une reconquête collective de ce terrain sensible et imaginaire sur lequel l’aura des images rayonne.

SuperVueSansBordures

Exposition, rencontres, projections, débats d'idées et d'impressions se mêleront ainsi en un même espace, en contre-point des lives et scènes musicales du festival. Nous vous présentons ci-dessous les différents univers et artistes investis dans ce projet collectif.

Thomas Collet, sera présent durant le festival pour présenter son installation "Homme Numérique".

face--1-

Nikita Diakur, dont nous projeterons le film "Ugly" dans le cinéma en plein-air.

Ugly from nikita diakur on Vimeo.

Le Collectif Singularités/Tech, formé de Léa Rogliano et Christophe Boucher, sera présent durant le festival pour présenter leur installation VR "Web Neutrality".

neutralit--du-net

Tomo, jeune cinéaste indonésien, aura son court-métrage "Hotel LifeBlood" projeté au sein du cinéma plein-air.


Maxime Lambert, présent durant une partie du festival, nous présentera son installation visio-cinétique "Zootropes" dans l'un des 3 dômes géodésique du parcours.

vlcsnap-2018-07-21-15h31m23s239

Kaspar Ravel & le G.A.C., présent durant le festival Kaspar livrera les méthodes d'organisation et de composition des cadavres exquis filmiques projetés durant ces deux jours.

rejecting instruction [EG2.0] from Kaspar Ravel on Vimeo.

Sirius Liège Coding School, avec leur installation collective "Face the issues", Les programmeurs et réalisateurs seront présent sur place avec nous pour introduire leur démarche d'école et nous accompagner vers leur installation vidéo-interactive.

Charlotte Lavandier portera à l'écran son court-métrage poétique et érotique durant l'ensemble du festival.

lavandier-charlotte-photogramme

Martin Soumagne sera également présent durant ce we pour discuter de ses réalisations Tout s'écoule & Les jours se ressemblent ainsi que de ses recherches récentes à l'ESAVL.