Phospheïn au Festival Dauphine Art Days 2017

Pour cette 8ème édition du Dauphine Art Days, placé sous le thème "Immersion", notre collectif s'est relancé dans un nouvel axe de travail. Phospheïn présente donc les résultats inédits et originaux de cette nouvelle arborescence technique et artistique, inaugurant la seconde année d'activité d'Ascidiacea.

Contraction de phosphènes (tâches lumineuses sur la rétine) et psopheïn (produire des sons en grec ancien), Phospheïn propose une séance de relax-action onirique aux commandes d’un dispositif audiovisuel interactif répondant aux gestes des mains des spectateurs. En position allongée, la tête dans les étoiles, le dispositif Phospheïn permet une interaction directe au moyen d’un contrôleur qui suit en temps réel la chorégraphie tridimensionnelle des gestes de l'utilisateur. L'idée centrale : d’un simple geste de la main, créer et moduler des nappes ou mélopées musicales, manipuler des amas d’étoiles scintillantes en courbant les lois de la physique newtonienne du bout des doigts. Les opportunités créatives, elles, sont multiples : Composer pour soi-même l'ambiance d’une sieste onirique, au travers d'une exploration des 12 galaxies sonores et visuelles aménagées pour le festival.

L’installation fonctionne à l’aide d’un capteur Leap Motion qui recueille les mouvements des mains. L’ensemble du code génératif et du moteur de synthèse sonore et visuelle est programmé dans l’environnement Max/MSP par les soins du collectif. Remerciements tout particuliers à Robert Henke pour avoir publié sous licence libre son célèbre Granulator II, mis à contribution au coeur de notre installation.

Exploitant au maximum les différents espaces de l'Université Paris Dauphine, les Dauphine Art Days rassemblent différentes programmations d'événements : le Prix Dauphine pour l’art contemporain, le tremplin musical Do Fine Music, le Prix Dauphine Mode, et également la Dauphine Expo qui dura toute la semaine du 27 au 31 mars pour laquelle nous étions spécialement sélectionnés. Les milliers d'étudiants de Dauphine purent ainsi, au détour d'un passage vers leur espace de détente proche de la bibliothèque, expérimenter le dispositif Phospheïn et découvrir les nouvelles modalités de composition musicale que nous leur présentions. Ainsi, durant une semaine, les gesticulations de curiosité autant que les lassitudes du rythme étudiant se mêlèrent au service de la découverte des arts numériques, visuels et sonores.

Merci aux passagers curieux s'étant laissés aller aux bras de Phospheïn, ainsi qu'aux modérateurs et organisateurs sans qui cette expérience ne se serait pas réalisée avec tant d'effets et de surprises à l'occasion de ces séances musicales gesticulées !

alt
alt
alt
alt
alt

Photos : Ruby Tramard