Festival

Atom Festival, les contes de la forêt & autres rêveries technoïdes

_MG_1813

1,2,3... Astro !

C'est la petite formule magique qu'un soir de grand remue ménage collectif les membres de l'Astrolab ont dû se murmurer à l'oreille avant de se lancer dans le grand rite initiatique du montage de festival. Pour la plus si jeune association parigo-toulousaine formée autour de l'amour de la teuf et de l'éclectisme technophilique, l'Atom Festival - premier événement au calibre professionnel grand public et étandard de l'identité composite et réactualisée du laboratoire astral - devait être un espace à la fois convivial et exigeant au travers de l'ensemble des dimensions qui forment l'écologie de la fête

»

The Skin Theory au Coucool

Coucool-Ascidiacea-5---Arthur-Sloth

Pour sa nouvelle participation - la 3ème - à Coucool, festival dédié à la réunion des arts et à la fusion des spectacles, nous nous sommes emparés d'une aire complète du site pour la transformer en zone d'activité interactive et intime nommée "Sous la peau"... un jardin designé pour l'installation The Skin Theory, portée sur un système d'écran à triple batants ouvert sur plus de 11m de large et 2m de haut.

Le public, toujours plus nombreux et curieux, ne s'y est pas trompé, une fois la pénombre installée et la nuit arrivant, l'espace Sous la Peau s'est

»

"Vitruve" au Positive Education Festival de St-Etienne

Vitruvephoto1-1

Vitruve, une installation luminocinétique, propose une expérience d’holographie visuelle basée sur l’émergence de formes géométriques simples, oscillant au seuil de la perception optique et de sa persistance à fleur des sens. Les jeux d’apparition et d’effacement des formes dans le dispositif interrogent la manière qu’a désormais notre corps d’être incessament pris dans des fluxs de donations et somations attentionnelles dans le cours de nos actions les plus banales et quotidiennes. Les géométries du corps, telles que Léonard de Vinci les pensaient à la Renaissance au travers de la schématique architecturale de son Homme de

»

Les Sylvains, Coucool !

Il est des passages qui laissent une empreinte indélébile sur les voyageurs qui s'aventurent à en franchir le seuil. Coucool est de ces passages, ceux dont la traversée, d'abord, se construit sur l'attente, se nourrit d'impatience, aiguise le sens des préparatifs jusqu'à ce qu'enfin la main conductrice nous amène à l'endroit du rituel éphémère.

L'éphémère, ici, c'est la loi qui régit la mesure du temps et de l'espace. Un jour, éphémère, dont on nomme l'éclosion Eros, son éphéméride cyclique. Coucool est un territoire qui se construit pour un jour, duquel émane une puissance terrestre dont on ne cherche pas tant

»